• 22. juillet 2022

Fête Roman­de des Yod­leurs 2022

Fête Roman­de des Yod­leurs 2022

Fête Roman­de des Yod­leurs 2022 150 150 WSJV | ARY

30ème Fête Roman­de des Yod­leurs 2022

Une fête plei­ne de cœur et d’â­me et des che­mins plus courts pour y arriver

Les cou­tumes sont bien vivan­tes! Avec un temps sple­nd­i­de, le ciel a mon­tré qu’il était par­ti­cu­liè­re­ment bien dis­po­sé à l’é­gard de cet­te der­niè­re fête de la sous-asso­cia­ti­on à Bösin­gen. La devi­se de cet­te fête, «Chùm cho ggùg­ge», n’a pas été sui­vie que par les 1’300 mem­bres actifs inscrits. En effet, plus de 20’000 per­son­nes ont notam­ment par­ti­ci­pé à cet­te mani­fes­ta­ti­on des «che­mins les plus courts» et aux com­pé­ti­ti­ons paci­fi­ques orga­ni­sées à Bösin­gen dans le district de la Sin­gi­ne, du 8 au 10 juil­let 2022. Après cet­te longue péri­ode de pri­va­tions, l’en­vie de se retrou­ver et de fai­re la fête ensem­ble s’est réel­lement concrétisée.

Le vil­la­ge de Bösin­gen com­me hôte

La Fête Roman­de des Yod­leurs à Bösin­gen a démon­tré la soli­da­ri­té ent­re les actifs, l’at­trait à nos cou­tumes et l’in­ter­ac­tion avec la popu­la­ti­on, le véné­ra­ble enga­ge­ment des nombreux béné­vo­les, la pré­sence de clubs de yod­leurs, de grou­pes de cors des Alpes et de lan­ce­urs de dra­peau pro­venant de Suis­se roman­de et au-delà de nos fron­tiè­res, mais aus­si tout le sou­ti­en esti­mé de nos spon­sors et de nos dona­teurs. Initiée et orga­ni­sée dans des con­di­ti­ons rela­ti­ve­ment dif­fi­ci­les durant la pan­dé­mie de coro­na­vi­rus, cet­te fête s’est tou­te­fois magni­fi­que­ment révé­lée. Cel­le-ci a été pai­si­ble et ani­mée et le week-end res­te­ra inou­bli­able pour tous les par­ti­ci­pants. Sous la direc­tion de Chris­ti­ne Bul­li­ard-Mar­bach, de Man­fred Raemy et des asso­cia­ti­ons respons­ables com­po­sées par les clubs de yod­leurs Edel­weiss Fla­matt et Cord­ast ain­si que la for­ma­ti­on folk­lo­ri­que «ûbe­re Schûf­fe­ne­see», le cent­re du vil­la­ge typi­que de Bösin­gen est deve­nu un décor par­fait. Pour cet­te fête des cour­tes distan­ces, Bösin­gen a repré­sen­té une gran­de for­ce sym­bo­li­que avec un pont ent­re les régi­ons lin­gu­is­ti­ques. L’apparence et le visu­el de l’environnement local avec ses «gad­gets» et ses nombreu­ses déco­ra­ti­ons aux impres­si­ons ori­gi­na­les ont été souli­gnés et van­tés à main­tes reprises.

La pas­si­on et la joie

Mal­gré une foule nombreu­se, une ambi­an­ce joy­eu­se et quel­ques gobe­lets de biè­re, tout s’est dérou­lé dans le plus grand cal­me. Lors de ces jours, des actifs moins exu­bé­rants se sont éga­le­ment et régu­liè­re­ment retrou­vés pour des moments de pré­pa­ra­ti­on qui exi­gent une con­cen­tra­ti­on cer­tai­ne. Ils ont ain­si eu la pos­si­bi­li­té de pro­u­ver leurs com­pé­ten­ces au jury lors des pré­sen­ta­ti­ons de con­cours dans les dif­fé­ren­tes sec­tions. Les réac­tions de tous les mem­bres du jury ont été unani­mes et très posi­ti­ves. Ils ont souli­gné le main­tien de la qua­li­té des pre­sta­ti­ons, mal­gré une cer­tai­ne insé­cu­ri­té de base à l’i­dée de se pré­sen­ter à nou­veau devant un jury après une si longue péri­ode. Les retours sur l’or­ga­ni­sa­ti­on ont été aus­si nombreux que posi­tifs. «Not­re fête avait du cœur et de l’â­me», s’est réjou­ie la pré­si­den­te du CO-OK, Chris­ti­ne Bul­li­ard-Mar­bach. Nou­er des con­ta­cts et entre­tenir l’é­chan­ge — sans bar­riè­re lin­gu­is­tique — tel­le était not­re gran­de ambi­ti­on qui s’est mani­fes­tement bien con­cré­ti­sée pour ce week-end de fête. Tous les jours et tou­tes les nuits, une ambi­an­ce ser­ei­ne, une dyna­mi­que pai­si­ble, des visa­ges heu­re­ux, des rires et des bavar­da­ges joyeux et le plus remar­qu­able, des chants et des yout­zes ont réson­né dans tou­tes les rues du vil­la­ge. Des jou­eurs de cor des Alpes se sont for­més à cet effet et leurs instru­ments ont éveil­lé la nost­al­gie de la patrie. Et lors­que les lan­ce­urs de dra­peau spor­tifs ont bran­di leurs dra­peaux hauts dans les airs et les ont rat­tr­apés avec talent, les désirs de tra­di­ti­ons ont été accom­plis avec brio.

Diman­che fes­tif – Un joli coup de cœur

Après les nombreu­ses pré­sen­ta­ti­ons de con­cours, les inter­mè­des chan­tés et la yout­ze de minuit avec pré­ludes sur les bal­cons dans la nuit de same­di à diman­che, il a été temps, pour ce diman­che matin, d’ho­no­rer et de rend­re hom­mage à tous les par­ti­ci­pants dans un cad­re fes­tif. Sur un fond musi­cal assu­ré par les sec­tions respons­ables du YC Cord­ast, YC Edel­weiss Fla­matt et la for­ma­ti­on folk­lo­ri­que ûbe­re Schûf­fe­ne­see, ain­si qu’en com­pa­gnie de la socié­té musi­ca­le de Bösin­gen, les offi­ciels et invi­tés d’hon­neur prés­ents ont tenu des pro­pos élo­gieux à l’é­gard des béné­vo­les, du comi­té d’or­ga­ni­sa­ti­on et de la famil­le des yod­leurs. Le pré­si­dent du Grand Con­seil Jean-Pierre Dou­taz, le pré­si­dent du Con­seil d’E­tat Oli­vi­er Cur­ty, le pré­si­dent de l’A­RY Gal­lus Zos­so et la pré­si­den­te de l’AFY Karin Nie­der­ber­ger ont salué l’e­sti­me démon­trée pour la tra­di­ti­on, le carac­tè­re paci­fi­que et ras­sem­bleur et ont ren­du hom­mage au grand enga­ge­ment de tous les par­ti­ci­pants. Le public a éga­le­ment remer­cié l’in­itia­teur de la fête, Armin Zol­let, pour son enga­ge­ment en lui réser­vant une ova­ti­on. Après la remi­se offi­ci­el­le du dra­peau par les repré­sen­tants du der­nier lieu d’ac­cueil de la fête 2018 à Yver­don-les-Bains, aux repré­sen­tants de Bösin­gen, le lieu d’ac­cueil de la fête 2022 a été for­mel­lement agréé. Lors de ce week-end, ni la gar­de aînée ni les petits invi­tés n’ont man­qué de cœur. En effet, une place tou­te par­ti­cu­liè­re a été réser­vée à la relè­ve dans le pro­gram­me de la fête à l’oc­ca­si­on du con­cert de midi du diman­che. Dans son dis­cours du diman­che matin, la pré­si­den­te du CO-OK a d’ail­leurs lan­cé un appel aux per­son­nes pré­sen­tes : «Nous avons la responsa­bi­li­té de trans­mett­re la tra­di­ti­on et de la viv­re avec pas­si­on». C’est avec beau­coup de sérieux et de fier­té que la relè­ve a pris cet­te place et a inter­pré­té avec bra­vou­re des chants, des dan­ses et des lan­cers de dra­peau. Ils ont éga­le­ment été hono­rés lors du cor­tège qui a sui­vi. Au bord des rues du vil­la­ge, la popu­la­ti­on en lies­se a accla­mé les 28 sujets colo­rés, joyeux et enchan­teurs du cor­tège présenté.

Si vous vous êtes pro­me­nés à Bösin­gen avec les yeux et les oreil­les grands ouverts – avec ou sans lien avec les cou­tumes – vous devriez tout natu­rel­lement vous rend­re comp­te: La 30e édi­ti­on de la Fête Roman­de des Yod­leurs a été un suc­cès. Fer­mez vos yeux et lais­sez-vous por­ter, car il vous res­te­ra du temps pour rêver de la Fête des Yod­leurs à Bösingen.

La Fête Roman­de des Yod­leurs à Bösingen
La céré­mo­nie offi­ci­el­le, avec la célé­bra­ti­on œcu­mé­ni­que et la remi­se du dra­peau, a atti­ré beau­coup de mon­de.
La Fête Roman­de des Yod­leurs à Bösingen
Tous les ora­teurs encad­rent ensem­ble l’em­blè­me — le dra­peau de l’ARY.
La Fête Roman­de des Yod­leurs à Bösingen
Une impres­si­on sur les sujets impres­si­on­nants du cor­tège, qui ont été menés par les plus jeu­nes, afin qu’au­cun sujet né se sen­te dés­a­van­ta­gé.
La Fête Roman­de des Yod­leurs à Bösingen
L’in­té­rêt crois­sant pour les cou­tumes en Suis­se roman­de s’est reflé­té par l’in­té­rêt des médi­as et leurs repor­ta­ges.